Cancer du sein: Comment je te tords le cou avec le traitement métabolique !

 

Témoignage spontané reçu par l’association et livré tel quel :

Bonjour.

J’ai 59 ans, CAP de conductrice ambulancière avec brevet de réanimation. Je n’ai jamais fumé, jamais bu d’alcool, jamais de drogue, sauf le THS pour les bouffées de chaleur.

En juillet 2018 on me diagnostique un cancer du sein hormono-dépendant, grade II Carcinome lobulaires invasif bifocal . Il y a deux nodules : un qui mesure 18 mm et l’autre 15 mm. Après plusieurs rendez-vous avec des cancérologues et autres, je décide de garder mon sein et de ne pas faire leur protocole : ablation, chimio, rayons, et hormonothérapie.

J’ai surtout arrêté le sucre, tous les sucres, les pâtes, le pain, le riz, les féculents, les produits laitiers, le gluten et la viande. Mon régime cétogène plus le traitement du docteur Laurent Schwartz. Mon cancer a diminué de 10 mm en neuf mois. J’ai un moral et une pêche d’enfer.

Je suis suivie tous les trois mois pour échographie et bilan sanguin, tous sont très bons. Le 12 septembre 2019 j’ai une échographie et une mammo, 12 mois après, mes examens sont concluants il n’y a plus de nodules. Ils ont disparu ? ? Le 18 septembre je retourne chez la première cancérologue qui conclura à la disparition des nodules.

Sachez que le cancer se nourrit exclusivement de sucre. Regardez les vidéos sur internet. J’ai fait des vidéos sur YouTube ou j’explique mon parcours : cancer comment je te tords le cou .

Si je partage avec vous c’est pour que vous preniez soin de vous.
Je cherche juste à raconter mon histoire, je voudrais tellement que vous sachiez qu’il existe d’autres façons de guérir. C’est ce que moi j’ai fait, et le résultat est là. Chacun fait ce qu’il veut. . . . Je ne suis ni Docteur, ni nutritionniste. Il faut prendre soin de soi quand on est jeune . Il y aurait, j’en suis sûre beaucoup moins de cancer.

Annie Monnet ép. Ollivier

Nota : Sans doute qu’en augmentant les dosages comme les malades adhérent de l’association le font et avec l’aide de l’artémisinine, le résultat aurait été encore plus rapide. Ce que nous retenons de ce témoignage et qui nous est confirmé chaque jour à l’ACM : Mesdames, ne vous précipitez pas vers les protocoles conventionnels ! Vous avez le temps, alors prenez le pour essayer d’autres traitements moins traumatisants et moins toxiques !