G.P. : Tumeur au poumon

TEMOIGNAGE de Gérard Piriou, un résistant aux méthodes conventionnelles

 

En juin 2012, suite à une occlusion intestinale consécutive à un cancer du colon à un stade avancé, je suis opéré d’urgence et bien-sûr on me dirige vers une chimio, heureusement que déjà  j’avais étudié le mécanisme de la cancérisation depuis plusieurs années, je refuse donc cet empoisonnement, je m’affranchis de la peur de la mort et me nourris de pensées positives.

En juin 2013, on me trouve des métastases à la rate, mais à l’époque je n’avais pas encore bien pris conscience de la réalité de ce mécanisme naturel et malheureusement  j’accepte l’ablation de la rate tout en refusant une nouvelle fois la chimio.

Eté 2016, des examens m’indiquent  que cette fois  ce sont les poumons qui sont sévèrement touchés, une consultation au CHU de Rennes  et une semaine d’examens   dans une clinique parisienne confirme le diagnostic : La tumeur qui n’est pas opérable est aussi incurable et on me propose néanmoins une chimio de confort  pour me prolonger  la vie.

Toute personne non informée aurait sombré dans une dépression  mortifère et se serait engouffrée  dans les bras de la médecine chimique et je ne serai plus là aujourd’hui pour témoigner.

Ce ne fut pas le cas car je suis militant en santé publique depuis une vingtaine d’année et j’ai compris le fonctionnement d’un symptôme quel qu’il soit y compris du cancer, il est la réponse appropriée de notre médecin intérieur à un problème.

L’abattement  fut malgré tout  de courte durée et la veille de mon rendez-vous chez un oncologue j’ai annulé et décidé de rompre définitivement avec la médecine conventionnelle, de faire confiance à ce médecin intérieur.

Je me suis donc affranchis de la peur et surtout je ne me suis pas identifié au CANCER qui n’est pas à l’origine de la maladie, c’est elle qui est à l’origine du cancer.

En réalité le problème n’est pas le cancer, mais la perception que l’on en a et ceci est primordial ; c’est le piège d’une vérité subjective et collective entretenu par ceux qui en tirent profit.

Guérir d’un cancer à peu de chose à voir avec se débarrasser des cellules cancéreuses.

Le 18 novembre 2016, j’ai téléphoné à l’Association Cancer et Métabolisme (ACM) et je suis très reconnaissant envers Monsieur De La Brière qui m’a écouté et transmis le protocole du traitement métabolique que j’ai appliqué et que j’applique encore aujourd’hui.

Juin 2017 : Suite à ce traitement personnalisé, j’ai repris toutes mes activités notamment sportives : vélo, marche nordique , randonnées en montagne avec des dénivelés importants  sans aucune gène respiratoire et même plus fort qu’avant.

Cette expérience m’a fait prendre conscience de l’énorme gâchis qui s’opère aujourd’hui, car malheureusement je ne suis pas un cas et si ma démarche reste encore marginale c’est uniquement parce que nous sommes trompés  et que la plupart tombent dans la  peur consécutive au diagnostic.

   Merci encore à l’Association.

          GP