E.P. : Cancer épidermoïde de la gorge

Ayant une gêne persistante au niveau de la gorge, je pensais au début que cela venait de nodules sur les cordes vocales (j’en ai depuis longtemps), j’ai consulté un médecin début octobre 2014. Rapidement orientée vers un oncologue. Après une biopsie, il est diagnostiqué un carcinome épidermoïde variante basaloïde en rapport avec le virus papilloma. Présence d’un indice prolifératif élevé estimé aux environs de 80%.

Cancer des amygdales stade T2 N1 M0.

L’équipe médicale de BEZIERS met un protocole en place qui comprend 35 séances de radiothérapie  + chimiothérapie. Je refuse catégoriquement la chimio, très difficile pour moi car grosse pression de la part des médecins.

Je refuse aussi une pan-endoscopie (je ne suis pas fumeuse et je pense que mes poumons et estomac sont donc en bonne santé, le pet scan n’ayant rien révélé à ce niveau) et la pose d’un dispositif au niveau de l’estomac (?) permettant une alimentation artificielle en prévision de difficultés futures pour m’alimenter. Tout cela sous anesthésie générale, je n’en veux pas.

Je suis très mal…

J’ai entendu parler de l’association « Cancer et Métabolisme », je commence le traitement « acide alpha lipoïque + hydroxicitrate + naltrexone faible dose  »  le 20 octobre 2014

J’ai rencontré là des gens formidables, une sollicitude immense et une générosité infinie. Je repars de LYON avec en poche quelques adresses et numéros de téléphone précieux et un moral qui étant remonté en flèche suite à ces rencontres ne baissera plus jamais. Je ne soulignerai jamais assez le poids de ces belles rencontres dans ma guérison.

Le lendemain, 26 octobre 2014, je commence le régime cétogène. Alimentation sans sucre qui semble logique. Tout ce qui m’a été conseillé est absolument naturel et je répète ce mot « logique »

 Cela fait un bien fou dans la tête : comprendre et soigner sa maladie en fonction de la logique en respectant son corps et les quelques défenses qui lui restent.

Je commence les rayons le 30 octobre 2014

Difficile à supporter mais il parait que je suis plutôt moins brûlée que les autres. Je n’aurai par contre jamais la peau vraiment brûlée, je vous donne le  « truc »: huile essentielle pure de niaouli avant et après la séance de rayon. C’est magique…

Vers le 15 novembre, cela fait un peu plus de trois semaines que j’ai commencé le traitement métabolique, la partie de la tumeur qui est visible au fond de la gorge commence à disparaitre, elle est complètement partie début décembre ainsi que les ganglions … Quasi miraculeux me dit l’oncologue. Je ne crois pas aux miracles.

Je n’avais fait qu’une quinzaine de séances de radiothérapie, j’irai jusqu’à 32, je ne ferai pas les 3 dernières, les conséquences sont lourdes : la tyroïde est endommagée (gros amaigrissement, état nerveux instable…), les glandes salivaires fonctionnent encore un peu, mais sont bien ralenties.

Le 18 Janvier 2015 j’avertis Gilles de La Brière, Président d’ACM que toutes les tumeurs ont disparues. Par contre je ne peux plus manger. J’ai maigri.

Mais le principal, je suis aujourd’hui guérie avec mes marqueurs SCC négatifs (inférieurs à 1,5). En octobre à 18, ils sont aujourd’hui à 0,8.

J’ai vu aussi durant ma maladie, un homéopathe, un ostéopathe et …un psychologue. J’ai « levé le pied » avec mon travail. Je me suis mise à la méditation (ce n’est pas gagné.)

Derniers mots de l’oncologue : »Vous êtes guérie et vous avez bien fait de ne pas faire la chimiothérapie »…..

Pour finir, j’ai juste un petit conseil, restez toujours acteur de votre maladie, écoutez ce que votre corps vous dit, refusez ce qui ne vous convient pas.

ECOUTEZ-VOUS ! Je savais depuis le début que ma guérison passerait par le traitement métabolique et j’avais raison.

Aujourd’hui, le 14 février 2017, 28 mois plus tard je vais bien, plus de nouvelles du cancer, par contre je n’ai pas repris de poids à cause ma thyroïde, et je sens ma gorge.

Elisabeth PUJOL