Cancer de l’œsophage : une opération invalidante évitée

Je suis une femme aveugle de 58 ans vivant en couple avec une personne également aveugle. Il y a quelques mois, on m’a annoncé que mes dysplasies oesophagiennes déjà de type haut grade devenaient cancéreuses.

 

Tout à commencé il y a une trentaine d’années par un reflux gastro-oesophagien dû à une hernie hiatal. Les années passant, j’ai déclaré un Endobrachyœsophage avec des dysplasies tout d’abord de type bas grade puis ensuite de type haut grade. Enfin, au mois de mai 2016  lors d’une exploration endoscopique il a été découvert une lésion qui s’est révélée être une tumeur cancéreuse agressive. En raison du risque sérieux de propagation, il m’a été proposé une oesophagectomie totale avec tous les risques opératoires que cela comporte et les séquelles invalidantes qui peuvent s’en suivent.

 

Ayant eu connaissance de l’Association Cancer et Métabolisme en faisant des recherches sur le net, mon mari et moi-même avons contacté Monsieur Gilles de la Brière. Il m’a conseillé de commencer une cure d’armoise annua pendant 5 jours et une seconde pendant 3 jours 6 semaines plus tard. Entre temps, j’ai commencé la prise du traitement métabolique auquel ma généraliste a ajouté du chlorure de magnésium. Je remercie vivement Monsieur de la Brière pour nous avoir insisté à réfléchir sur la nécessité de faire l’opération prévue et nous avoir fait connaître une autre alternative.

 

En définitive, j’ai opté pour repousser l’opération et j’ai essayé de suivre tant bien que mal le traitement métabolique à cause d’une sténose (rétrécissement de l’œsophage) due à l’intervention pour extraire la tumeur. Cette sténose m’empêchant d’avaler la quantité de gélules recommandées dans le traitement.

 

Aujourd’hui, je me dis que j’ai bien fait de ne pas me précipiter pour faire cette opération et je pense pouvoir l’éviter car après un pet scan et une nouvelle biopsie, il s’avère que les dysplasies sont redevenues de type modéré.

 

J’ai encore de gros problèmes pour me nourrir à cause de la sténose toujours présente mais maintenant que le cancer s’est éloigné, je suis confiante tout en continuant le traitement métabolique. Je pense que, sauf en cas de nécessité vitale à court terme, il vaut mieux ne pas se précipiter pour subir une opération aussi invalidante qui tout compte fait peut éventuellement être évitée.

 

En conclusion, je suis persuadée que le traitement métabolique a permis d’éviter la propagation de la maladie et m’a débarrassé des cellules cancéreuses restantes ainsi qu’à contribué à améliorer l’état de la muqueuse oesophagienne car, aux dernières nouvelles, mon Endobrachyœsophage à bien diminué.

Un grand merci à Monsieur de la Brière pour son écoute et sa disponibilité ainsi qu’à toutes les personnes qui me soutiennent dans cette épreuve.

Mado               le 31/10/2016