Le sodium R-lipoate, antioxydant indispensable

L’importance des antioxydants est primordiale pour notre organisme. Ils sont les garants de notre vitalité, de notre jeunesse et de notre santé. Avec l’âge, on observe une baisse de la concentration, de la synthèse et du recyclage de ces antioxydants essentiels. Ainsi, notre système antioxydant s’affaiblit, ce qui porte gravement atteinte à la capacité de notre corps à lutter contre les radicaux libres qui prolifèrent et :

  • endommagent les organes et membranes cellulaires,

  • diminuent notre réponse immunitaire,

  • perturbent l’ADN,

  • facilitent la progression des cancers et autres maladies dégénératives liées au vieillissement.

Depuis les années 1980, la recherche sur l’oxydation s’est intensifiée et les scientifiques ont notamment cherché les moyens de maintenir, voire d’augmenter, notre potentiel de résistance au stress oxydatif.

Au cours de ces recherches, ils ont buté pendant longtemps sur la manière de régénérer le glutathion, élément clé du processus de régénération globale de notre système antioxydant.

Jusqu’à ce qu’ils identifient le chaînon manquant de ce processus : l’acide alpha lipoïque.

L’acide lipoïque est bien moins connu que les vitamines C et E ou les caroténoïdes, mais il n’en est pas moins un antioxydant puissant qui peut être utilisé comme agent thérapeutique particulièrement intéressant. Identifié dans les années 50, l’acide Lipoïque est considéré comme un acide essentiel, impliqué dans la conversion des sucres et des graisses en énergie. On en trouve à l’état naturel dans les épinards, les rognons, le cœur, la viande de bœuf et les brocolis. Dans les années 90, les chercheurs ont découvert qu’il participait aux fonctions anti oxydantes de l’organisme, au même titre que la vitamine C, la vitamine E et le glutathion.

L’acide alpha lipoïque est actuellement utilisé en Allemagne comme traitement de neuropathie et neurodégénération diabétique. Il est aussi approuvé comme complément alimentaire en Europe et aux Etats Unis.

L’acide lipoïque est un énantiomère, c’est-à-dire qu’il existe sous deux formes symétriques mais celles-ci n’ont pas la même action, l’une la forme R agit comme antioxydant, l’autre la forme L agit comme analgésique.

 

L’acide R Lipoïque est la forme sous laquelle l’acide alpha Lipoïque est produit naturellement dans l’organisme et c’est celui qui nous intéresse.

 Sa force : être soluble dans l’eau et dans les graisses

Actif à la fois en milieu aqueux et en milieu lipidique (hydro + liposoluble), l’acide R-Lipoïque a, de ce fait, une meilleure capacité de pénétrer les membranes cellulaires, lui conférant une action protectrice contre les radicaux libres à l’intérieur et à l’extérieur des cellules. 

Cofacteur de production d’énergie, il est également capable d’agir sur le métabolisme du glucose et de chélater les métaux lourds. De nombreuses études ont également mis en évidence ses capacités à prévenir les symptômes du vieillissement. L’acide R-Lipoïque recycle la vitamine C, la vitamine E, la Coenzyme Q10 et le glutathion, après leur utilisation par l’organisme et en accroit leur efficacité de façon significative. A lui seul, l’acide R-Lipoïque neutralise une demi-douzaine de variétés de radicaux libres particulièrement ravageurs.

Pourtant, sa production n’est pas suffisante pour remplir toutes les fonctions métaboliques de manière optimale et pour lutter contre les effets destructeurs des radicaux libres. 

Ainsi, une supplémentassions s’avère nécessaire, et ce afin d’optimiser toutes ses fonctions.

 

 De bonnes raison de se supplémenter en acide R-Lipoïque :

Il augmente ou maintient les niveaux d’autres antioxydants présents dans l’organisme.

Il augmente le rythme métabolique et réduit le gain de masse grasse lié au vieillissement.

Il réduit les lésions d’athérosclérose dans les grands vaisseaux.

Il protège des neuro-dégénérations associées au vieillissement.

 

 Quel rapport entre le sodium R-lipoate et l’acide R-Lipoïque ?

Le sodium R-lipoate est un sel d’acide R-Lipoïque. Ce qui le rend particulièrement intéressant, c’est sa faculté élevée à être absorbé par les muqueuses intestinales pour être ensuite apporté à l’organisme ce qui lui confère une biodisponibilité et une efficacité supérieure à l’acide R-Lipoïque. Sensible à la température, l’acide R-Lipoïque  dans sa forme pure est très instable, alors que le sel de sodium est peu sensible à la température et donc beaucoup plus stable.

Il est donc beaucoup plus intéressant de prendre le sodium R lipoate sous forme de gélules gastro-résistantes qui en libérant la matière active au niveau du duodénum vont lui permettre d’atteindre un niveau d’activité antioxydant maximum très rapidement au niveau des cellules. On parle d’un facteur de 10 par rapport à l’acide, même injecté par intraveineuse. De plus des études de toxicité montrent un très faible taux de réaction secondaires (mineures, de type nauséeux) même à des concentrations élevées.

Enfin, associé à l’hydroxycitrate (Garcinia Cambogia), il agit sur le rétablissement du cycle de Krebs des cellules cancéreuses et peut même les fait disparaitre. (Voir nos autres publications).

Patrick Vilars